Toutes les Revues N° 24 - AUTOMNE 2009

SOMMAIRE

L’ÉCHO DES CABANES.
GIFS - Programme de suivi ARGOS
Quelques éléments de réflexion…
PALOMBE ET RUGBY - Philippe Tapié
TRADITION - Gavage à la bouche
A.N.C.P. - L’association va au contact des adhérents
Autour d’elles... - L’équipe de cabane
SOCIÉTÉ - Continuer à chasser malgré les éléments
TECHNIQUE - Appelants: Comment les manipuler au mieux?
Les Prévisions de passage 2009
LEGISLATION - Réglementation de la cueillette des champignons
ESSAI – Les optiques
ITALIE - Poggibonsi 2009
MIGRATION - Une bonne migration pour oublier le cauchemar
La tête dans le ciel…
ITALIE - Que ce nouvel «octobre» soit béni
LES RECETTES DU PALOUMAYRE

 
EDITO

La chasse «sportive»...

Le chasseur au posé est souvent opposé au tireur au vol plus «sportif», mais que signifie être sportif ?

On entend régulièrement le terme de chasse sportive et chaque fois cela m’horripile. Beaucoup de chasseurs pensent se démarquer ainsi du chasseur de base qui à leurs yeux reste le ringard et ils adoptent une attitude suffisante vis à vis des autres chasseurs. Je déteste ce mot de sportif associé à la chasse ou à la pêche. Le sportif est un compétiteur, amateur ou professionnel qui se mesure à des adversaires, ou à lui-même. Dans le cas de la chasse, il n’y a aucune compétition, l’animal n’a pas choisi de se mesurer avec le chasseur, le terme de sportif me semble inapproprié et incompatible avec la chasse. Etant également chasseur à l’arc, je ne me considère pas plus chasseur «sportif» lorsque je pars en forêt avec mon arc, que lorsque je prends le fusil à la palombière, mais chasseur tout court. Il y a dans le terme de sportif associé à la chasse une suffisance qui me déplaît. On oppose trop souvent le chasseur au posé au tireur au vol plus «sportif», mais être sportif dans ce cas-là signifierait s’infliger une difficulté supplémentaire, alors que le principe d’une chasse moderne est de tuer le plus proprement possible et à coup sûr pour ne pas faire supporter à l’animal des souffrances inutiles. Dans une compétition sportive, les règles sont les mêmes pour tous les participants, imaginez un 100 mètres avec un athlète à pied et l’autre à moto, quelle valeur pourrait-on attribuer à une telle compétition? Il en est de même pour la chasse, si on peut qualifier certaines chasses de sportives, le courre du lièvre à pied par exemple, ou la chasse au chamois en montagne, le terme de sportif est pris ici dans le sens d’activité physique soutenue. Ce n’est pas la chasse en elle-même qui est sportive, mais le fait d’être obligé de courir pour suivre le chien, ou de grimper 3 heures pour être à portée de tir, ce n’est pas la même chose.
Etant également pêcheur à la mouche, (oui, je sais pêcheur et chasseur ça fait beaucoup de défauts), dans ce milieu les pêcheurs considèrent avoir une attitude sportive car la règle est de relâcher systématiquement le poisson sous peine d’être pris pour un viandard. N’est-on pas là en train de retirer toute l’essence de la pêche ou de la chasse qui est avant tout de s’approprier un animal convoité?


Voilà déjà le moment de remonter…

Si j’en crois les prévisions de notre paloumayre maison, Jean-Patrick Barnabé, nos belles bleues devraient cette année passer de bonne heure (voir calendrier en page
centrale).
Je dis déjà, car je ne suis pas encore prêt mais je ne dois pas être le seul dans ce cas, encore qu’il me reste des arbres, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’entre nous. Dans certaines communes des Landes, 45% à 100% des palombières ont été détruites sans possibilité de remonter car il n’y a plus d’arbres. Aussi, j’invite les chasseurs qui peuvent rechasser à accueillir les paloumayres sinistrés, ce sera peut-être l’occasion de nouvelle complicités et de confronter ses points de vue sur la chasse. Après cette catastrophe, la solidarité a fonctionné à fond pour les habitants sinistrés et entre les paloumayres.
Je vous souhaite à tous une très bonne saison et n’oubliez pas de faire des photos, nous les publierons!
Philippe Ducos, rédacteur en chef

EXTRAITS D'ARTICLES
  • Appelants
  • Quelques éléments de réflexion...
  • Optiques pour le tir au posé des palombes en palombière.
 
LA RECETTE

Gourmandises des «Platanes»


Ramassez des mûres pas trop mûres, mettez-les en bocaux, ajoutez une cuillère de sucre roux et recouvrez de vinaigre d’alcool. Vous pouvez faire un cocktail avec quelques cerises, morelles, groseilles, cassis, mûres de ronce, arbouses, tomates cerises… que vous pourrez servir à l’apéro en accompagnement de charcutailles, vous en épaterez plus d’un.
Vous avez tendu la moustiquaire comme je vous avais dit? c’est très bien.
Récupérez délicatement les fruits fragiles et étalez après avoir ôté la queue, sur une tarte enduite de crème pâtissière légèrement vanillée. Vous pouvez alterner en cercle avec des framboises…
c’est superbe.
Pour les fainéants, mélangez dans un bol avec du fromage blanc ou un yaourt.
Pour les esthètes, après avoir poêlé une tranche de veau, un blanc de volaille ou un magret, jetez vos mûres dans la poêle avec une échalote finement ciselée, laissez «pisser» le jus, déglacer d’un peu de vinaigre et rallongez avec un peu de crème ou un bon jus; c’est très sympa!
En attendant, soyez heureux, prenez soin de vous, de la forêt et de ceux qui l’habitent puis… bon appétit!

 

  • n°60
  • n°59
  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 60
AUTOMNE 2018

D

La Boutique