Toutes les Revues N° 43 - ÉTÉ 2014

     4    L’ECHO DES Cabanes…
   10    DOSSIER - Tous les ans, palombière rime avec travail
   18    PALOMBES ET RUGBY - Dominique UBERTI, Fidèle à la Haute-Lande
   20    BALISES ARGOS - Une première en Russie et en Norvège
   22    Palombes d’ailleurs
   24    PRELEVEMENTS - Des solutions raisonnables à trouver
   30    portrait - Michel Abeille : de la garderie à la palombière
   32    Calendrier des fêtes de la Palombe 2014
   34    Autour d’elles... - Voyons voir…
   37    SOCIETE - Contre les pigeons urbains SDF, on détourne les autours... des palombes
   40    INTERVIEW - Jean-Roland Barrère : « J’ai définitivement perdu ma langue de bois »
   44    Les mots gascons des paloumayres
   46    PASSION - Nos traditions nourrissent le corps et l’esprit
   48    « LA TETE DANS LE CIEL... »
   52    ITALIE - Les « LASCE »
   56    LES RECETTES DU PALOUMAYRE

 
EDITO

Une évolution maîtrisée ?

Il n’est pas si loin le temps où les chasseurs de palombes du sud-ouest étaient considérés comme les tenants d’une tradition régionale pleine de rites et de mystères. Les très sérieux dictionnaires de l’Académie Française confirmaient d’ailleurs cette impression, puisque, à propos du mot « palombe » celui de 1798 parlait d’un « oiseau de passage, espèce de pigeon ramier des Provinces voisines des Pyrénées ». Les éditions de 1835 et de 1932 entérinaient cette définition, celui de 1986 précisait quant à lui qu’il s’agissait du « nom donné au pigeon ramier dans le sud-ouest de la France ». Les chasseurs de notre région devenaient en quelque sorte les inventeurs du mot palombe. Beaucoup d’entre nous seront par contre surpris d’apprendre que leur palombière est, selon un site de recherche sur Internet, une « hutte de rondins perchée sur les arbres et destinée à la chasse aux palombes ». Pour les internautes, nous sommes sans doute de lointains descendants de Robinson Crusoë ! 
Académie Française ou Internet ne peuvent rien face à une évolution inéluctable : de gibier des « Provinces voisines des Pyrénées », la palombe est devenue le premier gibier sauvage de France même si d’irréductibles gaulois continuent à l’affubler du nom de pigeon.
Premier gibier sauvage de France ! L’enquête sur les prélèvements réalisée par Pierre Verdet dans notre numéro précédent a fait réagir nos lecteurs, elle a mis en lumière la nécessité d’une prise de conscience des chasseurs. Cette prise de conscience existe, elle ne nous a pas attendus, elle pourrait se résumer à un mot : « limitation », limitation des prises, limitation du nombre d’appelants, limitation des jours de chasse... chacun y va de sa solution. Mais y a-t-il une solution ? quand on sait que l’oiseau auquel nous consacrons tant d’efforts ici, peut être classé nuisible ailleurs sans élever la moindre polémique

EXTRAITS D'ARTICLES
  • Tous les ans, palombière rime avec travail
  • Prélèvements - Des solutions raisonnables à trouver
  • Voyons voir?
 
LA RECETTE

Agneau St George confit en conserve


Petite recette sympathique que vous ressortirez à l’occasion : arrivée impromptu de convives, panne d’imagination… c’est un trésor de guerre précieux. Je vous conseille de faire des bocaux pour une personne avec des morceaux différents, collier, épaule, souris, poitrine roulée. 

Durée : 1h
Difficulté : Simplissime mais précis

Ingrédients (pour 4 personnes):

- Un morceau de minimum 250g partiellement désossé*
- Ail épluché, thym frais, laurier
- Piment doux d’Anglet, rouge
- Poivre noir en grains, Sel fin
- Piment d’Espelette. Cumin
- Huile d’olive

Préparation :

Cette recette est très simple mais il faut de la rigueur pour réussir l’opération, en particulier avec les risques de contamination par carences d’hygiène.

Faire bouillir les bocaux et les sandows de fermeture afin de les stériliser.
Garnir chacun d’entre eux de 2 gousses d’ail, une demi-feuille de laurier, une branche thym, une dizaine de grains de poivre, un morceau de piment rouge d’Anglet (facultatif).
Mettre le morceau de viande préparée et assaisonnée(*) Recouvrir d’huile d’olive (on peut la remplacer par de la graisse de canard).
Bien essuyer le bord du bocal avec du papier absorbant avant de le refermer. Mettre au four sur une plaque à bord relevé, porter à ébullition à 115°, laisser 10 mn puis baisser à 90° pendant 2 heures, remontez à ébullition à 115° et éteignez le four. Laisser refroidir au four et nettoyez vos bocaux au lave-vaisselle, et oui !

Entreposez pendant 2 ans sans crainte dans un endroit, frais, sec et à l’abri de la lumière.

* Préparation de l’agneau St George : il faudra mettre des morceaux qui emplissent quasiment d’un bloc le bocal, par exemple, pour la souris, « déchausser » la viande autour d’une bonne partie de la longueur de l’os et en garder le talon. Même désossage partiel pour les morceaux d’épaules. Pour le collier, quel merveilleux morceau ! Ne pas le désosser, se contenter d’entailler les nerfs de façon à ce qu’il ne se ratatine pas. Saler au sel fin, laisser ainsi 12h au frais dans une plaque, essuyer chaque morceau et assaisonner de cumin et de piment d’Espelette. Mettre en bocaux !

  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 58
PRINTEMPS 2018

D

La Boutique