Toutes les Revues N° 46 - PRINTEMPS 2015

4    L’ECHO DES Cabanes…
8    Palombières saccagées - Opération anti-chasse en Gironde ?
12    DOSSIER - Hivernage - Comptage - Baguage
        - Elles préféraient les glands
        - On compte bien les palombes
        - La chasse «No Kill», une bague à la patte                
28    Palombes ET RUGBY - Jean-Luc Le Dévedec : rugbyman tout jeune, paloumaïre un peu plus tard
30    Les mots gascons des paloumayres
32    Parlez palombe sur facebook                
36    Histoire - La France n’est pas timbrée de palombe
38    Tradition - Des paloumayres à la Crèche Vivante            
40    PASSION - La saison d’un vagabond
42    Trucs et astuces - Le sexage des palombes
44    Enquête ANCP
46    Autour d’elles... - Moi, le pigeon de l’Entre-Deux-Mers
48    « LA TETE DANS LE CIEL... »
52    ITALIE - Quelques recettes pour cuisiner les palombes à l’italienne
54    Dessin humoristique de Serge FAVAL
56    LES RECETTES DU PALOUMAYRE

 
EDITO

« On n’a jamais vu ça ! »

Cette fin d’hiver 2015, une phrase revient souvent dans la bouche des paloumayres rencontrés un peu partout dans le sud-ouest : « On n’a jamais vu ça ! », en référence aux énormes vols qui ont sillonné le ciel durant tout l’hiver. Certes, l’hivernage a toujours existé et fait le bonheur des chasseurs sachant s’armer de patience au coin d’un bois. La nouveauté n’est donc pas dans l’hivernage lui-même mais plutôt dans la manière dont il a évolué. Les grosses concentrations d’oiseaux sur les champs de maïs avaient amené les observateurs à la déduction suivante : hors du maïs point d’hivernage. Conclusion aussi hâtive que superficielle comme le rappelle Pierre Verdet dans son dossier : la nourriture fondamentale de la palombe est, et reste le gland qui lui permet de se rassasier en quelques minutes mais aussi d’emmagasiner les réserves énergétiques dont elle a besoin. 
Cet hivernage exceptionnel est rassurant à double titre : il nous prouve l’intelligence de la palombe et son incroyable faculté d’adaptation. Les conditions de vie que lui offre la nature changent : climat, main de l’homme. Avec une facilité surprenante, elle a su modifier ses habitudes. Peut-être que dans quelques années des mots tels que migration, rôdeuse, bocagère seront à ranger au chapitre des archaïsmes et le célèbre « passage » remplacé par « arrivée » ou « départ ». Il tord le cou aux arguments péremptoires des éternels anti-chasse plus soucieux de « détruire » les chasseurs que de protéger les oiseaux. D’ailleurs, ils viennent d’avoir le soutien inattendu de quelques anglais ( décidément ils sont partout…) qui ont saccagé des palombières du côté d’Auros. Curieux quand même quand on sait que ces parangons de vertu ont classé la palombe nuisible chez eux ! Désir de se racheter ou bien d’asticoter leur ennemi héréditaire depuis Napoléon, ailleurs que sur un terrain de rugby ? 
En tous cas que tout ce beau monde de bien pensants se rassure : la palombe se porte bien. Et nos courageux paloumayres qui bossent pendant un an en prévision du rendez-vous d’octobre peuvent se remettre au travail. 

René LAFFORE, rédacteur en chef

EXTRAITS D'ARTICLES
  • Palombières saccagées: Opération anti-chasse en Gironde?
  • Elles préféraient les glands
  • Le sexage des palombes
 
LA RECETTE


Agneau de lait txilindron

Ingrédients (pour 4 personnes)

- 750 g d’agneau (collier, épaule...)
- 100 g de lardons gras de jambon 
 de Bayonne
- 2 gros oignons ciselés
- 15 piments d’Anglet 
 dont 5 rouges émincés 
- 3 gousses d’ail concassées
- 1 cuillerée à soupe de concentré 
 de tomates 
- 1 bouteille de Pimençon
- Sel, piment d’Espelette
- Thym frais

Préparation

Couper au couteau les morceaux d’agneau en cubes de 2 cm environ, les enduire 
d’huile d’olive et les faire revenir dans une sauteuse.
Faire colorer, saler, espeletter. 
Ajouter le jambon, l’oignon ciselé, puis l’ail concassé, les piments d’Anglet. 
Laisser cuire une quinzaine de minutes à petit feu. 
Ajouter la tomate, la faire cuire, puis détendre avec un bon verre de Pimençon pour fluidifier le tout. 
Garder au chaud sans bouillir, afin que les saveurs se développent et que la viande se repose.
Servir directement dans un plat familial allant au centre de la table, accompagné de pommes vapeur ou sablées.


Souris d’agneau braisée à l’Irouléguy

Pour 4 gourmands

- 4 souris d’agneau
- 2 oignons rouges
- 1 belle carotte
- 1 bouteille d’Irouléguy
- 10 grains de poivre noir, 
- 1 clou de girofle
- 1 branche de thym frais
- Sel, piment d’Espelette

Préparation

Dans une casserole, faire bouillir la moitié de la bouteille de vin, flamber en craquant prudemment une allumette au-dessus puis laisser réduire de moitié à petit feu.

Pendant ce temps, faire revenir les souris salées dans une cocotte et un peu d’huile d’olive.
 Faire dorer sur toutes les faces, ajouter les grains de poivre, le clou de girofle, puis les oignons émincés et la carotte coupée en sifflet.
Enfourner à 220° pour faire fondre les légumes. Remuer, rajouter la branche de thym puis le vin réduit.
Remettre au four à 160° pendant 40mn en arrosant fréquemment pour obtenir un joli glaçage. 
Espeletter 5mn avant la fin de la cuisson.
Servir avec une râpée de pommes de terre poêlée.

  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 58
PRINTEMPS 2018

D

La Boutique