Toutes les Revues N° 56 - AUTOMNE 2017

4 L’écho des Cabanes…

10 AVANT-SAISON : 

- 10 En attendant les bleues

- 16 Dans le temps… autrefois... C’était vraiment mieux ???

22 PALOMBES ET RUGBY - Pierre Barennes atteint du double virus 

24 Autrefois, la chasse aux  palombes

25 Les mots gascons des paloumayres

28 ESSAIS CARTOUCHE - La Bernizan coup double, biset-palombe

31 Les Prévisions de passage du Paloumayre

- 32 Nouveau Tableau de bord

36 HISTOIRE - Poésie bleue

38 ELEVAGE - Le « Volantini » français

40 Palombexpo 2017

42 Autour d’elles... - Un de ces jours, ça pourrait barder !

46 ANECDOTE - L’espion cluqué 

48 CHIENS - Faire porter sa chienne : est-ce bien raisonnable ?

50 « LA TETE DANS LE CIEL... » - J’en rêve encore ... !

54 ITALIE - Mieux connaître la migration transalpine

57 Dessin humoristique de Serge FAVAL

58 LES RECETTES DU PALOUMAYRE

 
EDITO

Transition,Transmission, Migration

Chères lectrices, chers lecteurs, vous l’avez sans doute constaté, votre magazine Palombe&Tradition est en pleine évolution. Mais un nouveau directeur de la publication va y apporter encore un supplément de fraîcheur. Joël Barberin,  maquettiste de la revue depuis plus de 10 ans, va poser sa patte et son style sur le magazine. Après sept ans de bons et loyaux services, j’ai eu envie de relever un nouveau challenge sans quitter la grande famille des chasseurs de palombes, bien au contraire. Non je ne fais que passer le relais du magazine à Joël qui partage nos valeurs et notre passion. Mais je ne peux vous cacher le plaisir que j’ai eu en servant la cause qui nous unit grâce à cette revue mais aussi avec les DVD que nous avons produits et enfin en créant le salon Palombexpo qui nous permet de nous retrouver chaque fin d’été à Casteljaloux. 
Oui, quel bonheur de pouvoir faire de sa passion son métier. Comme pour une fin de carrière rugbystique, ce sont les moments d’avant match qui vont me manquer le plus, non pas l’odeur de l’huile camphrée dans les vestiaires, mais celle de l’encre et du papier fraîchement imprimés.

Mais parlons un peu de palombe...

Les beaux jours revenus, poussant nos belles bleues à parader et s’accoupler, ont réveillé en moi un mal profond, le mal bleu.
Comme un besoin vital de revenir à la cabane, afin de peaufiner l’installation, pour que tout soit prêt pour le grand jour. Cette nouvelle migration sera comme chaque année, exceptionnelle pour certains et décevante pour d’autres, telle est la loi de la nature. En cette période de pré-migration, plusieurs questions se posent :
Comme l’année dernière, seul le couloir migratoire central sera-t-il servi ?
Le passage va-t-il se décomposer en trois pics migratoires ?
La nourriture telle que glands, faînes et maïs sera-t-elle abondante ?
Nous avons tenté de répondre à ces questions dans notre dossier pré-migration et notre Madame Soleil vous a préparé ses fameuses prévisions de passage.   

Mais l’essentiel n’est-il pas de se retrouver simplement entre amis ou en famille à la cabane ? Pour moi c’est une évidence. Nous devons donc nous battre, pour conserver notre tradition, notre identité, notre mode de vie, et les transmettre aux générations futures.

Longue vie au magazine Palombe&Tradition,            
                                
Paloumayrement vôtre

Pierre NIETO

EXTRAITS D'ARTICLES
  • AVANT-SAISON - En attendant les bleues
  • La Bernizan coup double, biset-palombe
  • Palombexpo - Un bon cru
 
LA RECETTE

Pluma de Kintoa à la plancha, fondue de piments doux d’Anglet aigre doux et galette  d’arto gorria.

Ingrédients :
Pour 4 personnes :

2 plumas de porc Kintoa (carbonnade)
350 g de « polenta » d’arto gorria + 50 g de farine d’A Gorria
400 g de piments doux d’Anglet, vert et rouge
Pimençon - Vinaigre de sagarno – bouillon -
Beurre ou gras de Jambon ou de canard ! – huile d’olive – sel piment d’Espelette -
Difficulté : très facile

Progression de la recette :
Dans un bouillon goûteux* pas trop assaisonné, cuire la polenta de maïs une dizaine de minutes, ajouter la farine de maïs, laisser épaissir, rectifier l’assaisonnement (sel, piment d’Espelette) et débarrasser dans une plaque, laisser tempérer et mettre au frais, couvert d’un film transparent.
Ôter les pépins des piments que l’on taillera finement. Les mettre sur la plancha très chaude que l’on baissera en température tout de suite pour les laisser cuire après avoir mis un peu de gras.
Le but de les saisir est de leur donner immédiatement une coloration partiellement brûlée qui donnera ce goût singulier que l’on retrouve chez le pimiento del piquillo. 
Une fois les piments fondus, déglacer avec un peu de Pimençon, laisser réduire, saler et espeletter si besoin et mettre un filet de vinaigre de cidre. Réserver.
Sortir la galette d’arto gorria*** et la détailler selon ses caprices, en frites, losanges ou cœurs… poser sur la plancha beurrée ou graisser et faire dorer des deux côtés.
Cuire la pluma de Kintoa à la plancha selon son goût. La tailler en escalopes et dresser élégamment comme dans l’émission.

*bouillon de légumes ou de volaille ou de viande, maison ou en poudre, cube ou tablette.
** Pimençon c’est ici : http://alain-darroze.fr/produit/le-pimencon-dalain-darroze-2 ou bonnes adresses.
***l’autre nom de l’arto gorria est aussi « maïs Grand roux basque » variété remise en valeur depuis peu par des chefs attachés à leur terroir !

  • n°60
  • n°59
  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 60
AUTOMNE 2018

D

La Boutique