Toutes les Revues N° 58 - PRINTEMPS 2018

4 L’écho des Cabanes…

10 DOSSIER : 

- 10 «Et vous... ça pose?»

- 13 Témoignages de paloumayres...

- 23 Incroyable mais vrai: Le chasseur d’idées reçues

24 PALOMBES ET RUGBY - JALIL NARJISSI: La passion, toujours la passion 

26 HIVERNAGE : 

- 26 Les compteurs ont le compas dans l’oeil

- 28 Une glandée très appréciée

32 CARTE - Les routes des palombes

34 Les mots gascons des paloumayres

35 PYRENEES-ATLANTIQUES - Le « blues » des paloumayres

38 TECHNIQUE - L’art du camouflage

43 CINEMA - Le mal bleu en septembre sur Arte

44 Autour d’elles... - Moi, le piaf du quartier

46 ANECDOTE - Perdu pour l’apéro !

48 CHIENS - Prévenir les affections parasitaires

50 « LA TETE DANS LE CIEL... » - Le vieux paloumayre et l’enfant

55 ITALIE - La chasse se défend ainsi

58 LES RECETTES DU PALOUMAYRE

 
EDITO

Quel ennui ?


Il y a longtemps, un certain Antoine Houdar de la Motte (qui connaît ?) a dit ce qui ressemble à une vérité première : « L’ennui naquit un jour de l’uniformité ».
Braves gens, soyez rassurés : les paloumayres sont à l’abri d’un tel fléau. Il n’y a pas deux régions qui se ressemblent : pose, migration, hivernage, technique, chacune y va de son particularisme. Et cerise sur le gâteau, deux saisons ne se ressemblent jamais.
Alors, bien difficile pour une revue comme la nôtre de tirer des enseignements et encore plus de donner des conseils. Heureusement, les paloumayres ont des approches de la chasse très diverses : chacun a ses certitudes... évolutives quand elles sont contredites par un oiseau bleu qui sait s’adapter à toutes les conditions de vie et de survie.
Conscients que tous les types de chasse sont respectables, mais fidèles à notre démarche éditoriale, nous vous proposons aujourd’hui de nombreux témoignages sur la difficulté à poser des palombes – souvent simplement pour le plaisir des yeux- tout en sachant que certains chasseurs ne partagent pas notre point de vue.
Encore une fois, l’uniformité en prend un coup...

René Laffore, Rédacteur en chef

EXTRAITS D'ARTICLES
  • Le gland, clé de l'hivernage
  • « ET VOUS? ÇA POSE? »
  • A quand la cape d'invisibilité?
 
LA RECETTE

La poule au pot de mémé Louisa 


Ingrédients :

- Bouillon – 2 oignons – couenne de jambon – abattis de la poule – verts de poireaux – épluchures de carottes, céleri, navets et bouquet garni.
1 poule – 500 g de carottes- 500g de navets- 500g de pommes de terre - 1 céleri rave – 1kg de poireaux – un chou frisé – bouquet garni –  facultatif : pois chiches
sauce poulette : bouillon – 100g de 
champignons -  crème épaisse – œufs en formation de la poule 

Progression de la recette :
Le vendredi :
1- Tailler l’oignon en tranches et disposer au fond du faitout, laisser colorer, à sec, jusqu’à un noir bien prononcé, puis mouiller généreusement. L’oignon ainsi cramé donnera une coloration ambrée au bouillon. Ajouter les chutes de légumes bien lavées, puis les couennes, abattis et gésier.
Faire cuire 45mn environ puis filtrer avec une passoire après avoir mis de côté les garnitures carnées. « Dépiauter » les abattis, hacher avec les couennes et réserver dans une assiette pour la confection de la farce*.
2- Mettre tous les légumes dans le bouillon, porter à ébullition et laisser refroidir.
*Farce : pain rassis, 300g de chair hachée, 1/3 de veau, 2/3 de porc, un peu de graisse de la poule, le foie, le hachis du bouillon, 1 gousse d’ail, 2 échalotes, 4 épices, sel. Hacher le tout, mélanger et réserver dans un récipient.

Le samedi :
Ôter les légumes blanchis et réserver au frais.
Mettre la poule* dans le bain et porter à ébullition, écumer, baisser et laisser frémir – vraiment frémir- 
pendant 2 heures. Laisser refroidir.
*La poule peut être farcie, à moins que la farce ne soit cuite dans le bouillon au torchon, ou qu’on ait farci des feuilles de chou blanchies (photo)

Le dimanche : 
Sortir la poule délicatement et la remplacer par les légumes. Cuire délicatement puis rajouter la poule en fin de cuisson. On aura pu, par facilité, pré-découper la poule et enfermer les morceaux dans un torchon, avant de la plonger.

Émincer les champignons, les mettre dans une casserole avec du bouillon et faire cuire, ajouter la crème épaisse et lier avec la grappe d’œufs qu’on aura retirés de la poule. C’est la sauce poulette.
Dresser délicatement dans un plat comme sur la photo avec ou sans pois chiches(en bocal).
Avant de déguster, une assiette de bouillon s’impose, avec du vermicelle, cheveux d’ange, chinois ou amusant avec des lettres et afin d’être « henriquatriste » jusqu’au bout, faire « goudale » (chabrot) avec un madiran ou un rouge… de Béarn.

 

  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 58
PRINTEMPS 2018

D

La Boutique