Toutes les Revues N° 59 - ÉTÉ 2018

4 L’écho des Cabanes…

12 Dossier : 

- 12 Chasser dans un jouquet

- 14 La naissance

- 16 Les bâtisseurs

- 26 Cabane de vingt ans et un bilan

29 Oiseaux - D’inquiétantes chutes d’effectifs

32 Calendrier des fêtes de la Palombe 2018

34 Tribune libre

36 Evolution - Migration ou erratisme ?

40 Mémoires de paloumayres - « Manolo », soixante-dix ans après

42 Technique - Taille d’été autour des appeaux

44 Technique - Le tunnel sans ossature bois

46 Environnement - Des dortoirs de ville en hiver

48 Anecdote - Ébauche d’un roman célèbre… L’os et la couenne

50 Chiens - La consanguinité : un véritable tabou sociétal

52 « La Tête dans le ciel... » - Le virus pour la vie

55 Italie - Palombes, quel âge avez-vous ?

58 Les recettes du paloumayre

 
EDITO

Prudence

Tous les chiffres qui nous parviennent sont unanimes : l’espèce palombe se porte particulièrement bien à l’inverse de nombreuses autres espèces en grand danger de survie. La migration a été qualifiée d’exceptionnelle dans la majorité des régions, et, dans la foulée, l’hivernage a confirmé cette tendance. De nombreux témoignages parlent d’énormes vols à tel point que, dans certaines régions, les agriculteurs se plaignent des dégâts occasionnés aux semis. Dans certains départements on en est même venu jusqu’à déclarer notre palombe « nuisible », décision qui suscita la crainte des chasseurs traditionnels mais qui se révéla heureusement peu dangereuse pour l’espèce.
Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, sauf qu’il faut accueillir tous ces chiffres avec prudence. Il y a quelques années, un de nos collaborateurs, Jean-Marc Cridelauze avait publié un article relatif à un pigeon migrateur américain baptisé « tourte » dont on évaluait le nombre à plusieurs milliards et dont le dernier spécimen,

une femelle nommée « Marta » mourut en 1914 au zoo de Cincinatti. Ils étaient si nombreux qu’on avait organisé des chasses de compétition au cours desquelles on ne pouvait prétendre à un prix qu’à la condition d’avoir tué au moins 30 000 oiseaux.
Pas question que notre palombe subisse le même sort, mais nous devons pourtant rester prudents, la chasse au moment de la migration ne met pas l’espèce en danger, la palombe se défendant très bien en refusant de se laisser surprendre par les nombreux pièges qu’on met sur sa route. Mais d’ici ou de là, nous parviennent des témoignages de tableaux de chasse -et souvent en dehors de la période migratoire- qui doivent nous inciter à la prudence.

René Laffore, Rédacteur en chef

EXTRAITS D'ARTICLES
  • Chasser dans un jouquet
  • Oiseaux - D'inquiétantes chutes d'effectifs
  • Le tunnel sans ossature bois
 
LA RECETTE

Blanquette d’agneau de lait retour maraîcher
Ingrédients :

- 1kg d’avant d’agneau avec os coupé en petits morceaux (collier, costille, épaule...)
- 1 celeri rave 
- 400 g de carottes 
– 2 bottes de navets jeunes 
- 300 g champignons de Paris (mais c’est bon avec des cèpes ou des oronges...) 
- 200 g d’oignons grelots 
- 500 g de fèves 
- 500 g de pommes de terre – bouquet garni - 1 oignon clouté de 3 clous de girofle. 
- 1 petite boite de pois chiche(facultatif) 
- 1 citron.
- 150 g de beurre 
- 100 g de farine 
- 200 g de crème fraîche
Recette :
Mettre l’agneau dans un faitout et recouvrir abondamment d’eau froide.
Mettre sur le feu, porter à grosse ébullition et écumer jusqu’à l’obtention d’un bouillon clair.
Baisser le feu.
Mettre un poing de gros sel, deux cuillères d’une trentaine de grains de poivre et l’oignon clouté, laisser cuire pendant une petite demi-heure.

Mettre à cuire les légumes : 
Les jeunes navets, puis les oignons grelot, puis le céleri en cube de 2 cm, les pommes de terre entières, carottes en bâtonnets de 3 cm sur 1, les champignons coupés en 4, un jus de citron et les fèves à la fin, ajouter l’agneau, porter à ébullition et éteindre. 

Dans une casserole haute, faire fondre le beurre et ajouter la farine, faire cuire sans colorer, ajouter petit à petit le bouillon de cuisson jusqu’à l’obtention de l’épaisseur voulue, ajouter la crème fraîche. Assaisonner à son goût et ajouter agneau et légumes.
Servez bien chaud et régalez vous !


Asperges au jambon et piperade 
Ingrédients :

- 4 grosses asperges par personne
- 1 grande tranche de Jambon de Bayonne pas épaisse
- 1 bocal de piperade
- vinaigre, huile d’olive, beurre.

Recette :
Éplucher les asperges en les tenant par la tête sans trop serrer pour ne pas les casser. Passer l’économe de la tête vers la queue en s’assurant qu’il ne reste pas de fibre. Vous pourrez le vérifier en coupant le demi-centimètre en bout de queue, s’il casse facilement c’est que c’est bien épluché, s’il y a de la résistance, c’est qu’il faut fignoler d’un coup d’éplucheur.

Plonger les asperges dans l’eau bouillante et salée, vous en aurez fait des bottes ou pas, afin de faciliter la préhension avec l’écumoire.
Laisser refroidir les asperges et entourer d’un peu de jambon.
Passer au beurre et laisser colorer à la poêle.
Servir tiède avec une piperade relevée d’un peu de vinaigre et un soupçon d’huile d’olive.

  • n°60
  • n°59
  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 60
AUTOMNE 2018

D

La Boutique