Toutes les Revues N° 60 - AUTOMNE 2018

4 L’écho des Cabanes…

10 Dossier : Sédentaires ou étrangères, on veut des bleues

19 Technique - Comment avoir de beaux appelants

29 Mémoires de paloumayres - Roger LARDET, Le « pape des palombes »

26 Tradition - Nos belles landaises

28 Palombe et rugby - Ugo Boniface : Champion du Monde et paloumaïre

31 Les Prévisions de passage du Paloumayre

32 Tableau de bord

35 Anecdote - Et ça rapporte ?

36 Histoire - Le petit jeu des comparaisons

39 Dessin humoristique de Serge faval

40 Insolite - Les palombes chassées de Roland-Garros

42 Technique - Les palombes sur fil

44 Autour d’elles... - Vous êtes prêts ? Attention ! 1. PAN !

48 Chiens - Avoir un bon bécassier

52 « La Tête dans le ciel... »

54 Italie - Nico BERNINI et ses hybrides

57 Les mots gascons des paloumayres

58 Les recettes du paloumayre

 
EDITO

Savoir évoluer… comme les oiseaux
La fièvre nous gagne. Une nouvelle saison va débuter mais nous avons l’impression qu’elle ne sera pas tout à fait comme les autres. Bien sûr nous avons compris depuis quelques années que les migrations ne sont plus aussi régulières et prévisibles qu’autrefois. Nous avons également dû admettre que certains couloirs ne sont plus alimentés et privent certains paloumayres des plaisirs qu’ils ont pu prendre il n’y a pas si longtemps. 
Malgré tout, nous nous sommes adaptés et la chasse traditionnelle des oiseaux bleus n’a certainement jamais connu un tel engouement dans l’ensemble du pays. Il est évident que le sud-ouest n’a plus l’exclusivité de cette frénésie qui revient avec octobre. Mais les palombes, elles aussi se sont adaptées. Aux bouleversements agricoles, au réchauffement climatique et à… la pression de chasse.
Il est naturel qu’un oiseau intelligent comme le pigeon ramier ne soit pas assez naïf pour se laisser tromper à tout coup par quelques appeaux agités à la cime des arbres. La dernière saison nous a fait prendre brutalement conscience de ce phénomène. Elles ne posaient pas, ou mal et le doute s’est installé dans les palombières. La faute à quoi, la faute à qui ? 
Plutôt que de polémiquer et de chercher des coupables, nous préférons positiver en pensant que l’heure est venue de nous remettre en cause en cherchant à mieux comprendre l’évolution des palombes, en peaufinant nos techniques et en changeant nos habitudes. Cette recherche n’est elle pas le premier plaisir de notre chasse ? Essayer de toujours évoluer, de comprendre les modifications de comportement de cet oiseau qui nous fait rêver et de percer ses secrets. Ce sont des petits succès qui nous font jubiler : un nouvel appeau qui se révèle très attractif, des volants mieux maîtrisés qui ne font pas le tour de trop… 
C’est pour essayer de vous aider dans ce perfectionnement « technologique » que nous avons décidé de faire appel dans chaque numéro à des spécialistes qui sauront vous prodiguer leurs précieux conseils. Comme pour le dressage des palombes sur fil, ou l’entretien des appeaux pendant la chasse comme vous allez pouvoir le découvrir.
Notre seule ambition est de partager avec vous notre passion et cette multitude de connaissances acquises sur le terrain, que l’on aime se transmettre en famille et entre amis. Sans jamais oublier de prendre le temps de rire et de bien vivre. C’est cela aussi qui fait le bonheur d’un automne dans une palombière.
Alors bonne chance et belle saison, qui ne sera peut être pas comme les autres.  

Joël Barberin, Directeur de la publication

EXTRAITS D'ARTICLES
  • Sédentaires ou étrangères, on veut des bleues
  • Comment avoir de beaux appelants
  • Les palombes sur fil
 
LA RECETTE

Histoire d’huîtres :

Quel bienfait de manger des huîtres, source d’iode et d’oligoéléments, partage convivial et parties de rigolades ponctuées parfois de drames aux urgence par maladresse en les ouvrant ou pire outil de bagarre après apéro d’imbéciles. 
L’huître est consommée depuis des millénaires puisqu’on les trouve dans des sites préhistoriques, comme restes de repas et même comme contenants pour les plus grosses.
Combien de douzaines d’huîtres seront consommées dans les tunnels de palombière cet automne ?
J’ai des souvenirs d’adolescent où au pied du chêne où voletaient les appelants Patrice et Mario un «monton» de coquilles croissait au fil des jours et des années, comme ça, par expérience, pour voir si le calcaire marin changerait le Ph de l’argile du bois de Poyféré de Perquie. 
Hélas, Klauss est passé par là et a réduit à néant l’expérience, et même la palombière.

On déguste l’huître sous toutes ses formes, en Asie, on en fait une sauce, caramélisée et délicieuse, on la cuit en omelette alors que chez nous on a pour mauvaise habitude de lui jeter du citron dans les yeux ou du vinaigre d’échalote !
Il y a différents calibres chez les huîtres, plates ou creuses, triploïdes ou pas, de l’Océan ou de la Mer, chacun trouvant son bonheur.

Je vous propose de faire dans la fantaisie avec de la XXL, oui ! C’est de l’huître hors norme, celle qu’on appelle « pied de cheval » !

Alain Darroze


Tartare de pied de cheval et petits légumes

Ingrédients pour 6 personnes :

- 2 grosses pieds de cheval
- 100 g de céleri rave
- 100 g de carottes
- 10 radis
- 2 échalotes ciselées et une cuillère de fenouil haché
- 1 cœur de sucrine
- 100 g de mayonnaise
- Oyster sauce (sauce huîtres)
- 6 tranches de bon pain

Recette :
Ouvrir les huîtres et réserver au frais dans une passoire en récupérant l’eau.
Laver et râper le céleri, les carottes et les radis, ajouter l’échalote et le fenouil et mélanger intimement avec la mayonnaise détendue.
Pour faire la mayonnaise détendue, mettez-la dans un bol, assaisonnez à votre goût avec l’oyster sauce et détendez avec un peu d’au de rétention des huîtres ; attention cette dernière contient du sel ce qui influera sur votre assaisonnement.

Hacher au couteau les huîtres et incorporer aux légumes assaisonnés, le mélange doit être assez ferme.
Ciseler la salade cœur de sucrine, assaisonner légèrement et disposer sur un gros croûton grillé et aillé.
Surmonter du mélange huîtres légumes et chapeauter d’œuf de lompe ou de truite (si vous n’avez pas d’ami qui vous ont offert un peu de caviar comme sur la photo).
Un bon blanc sec arrosera tout ça ! Jurançon ? Entre-deux-mers ? 

Huîtres en habit croquant 

Ingrédients :

- 1 huître(ou 2) par personne
- 100 g de « tombée de légumes »/personnes
- vin blanc
- 1 échalote ciselée
- beurre doux,  piment d’Espelette, farine, œuf, chapelure

Recette :
Ouvrir les huîtres ; afin d’éviter les accidents, on peut les mettre à four très chaud bien à plat et les retirer une à une dès que chacune s’ouvre. 
Ôter de la coquille et disposer dans une casserole avec l’eau résiduelle dans la coquille.
Porter à ébullition rapide, laisser refroidir quelques secondes et débarrasser dans une passoire, au frais. Il est important de récupérer l’eau de rétention et de la remettre dans la casserole.
Mettre à réduire avec un bon verre de blanc sec et l’échalote ciselée.
Passer chaque huître dans la farine, puis dans l’oeuf puis dans la chapelure, attendre un peu puis repasser à l’oeuf et à la chapelure. Cette double panure lui conférera un croustillant incomparable.
Pour la tombée de légumes faites « tomber » au beurre un peu de chou émincé finement et ajoutez ce qui vous plaît comme par exemple, les restes de légumes râpés de la recette du tartare... puis égouttez et versez un jus de citron pour réveiller les papilles.
Tailler en petit cubes le beurre doux et le mettre dans la réduction de jus dans la casserole en effectuant une rotation. Cette opération est importante car elle incorpore petit à petit le beurre dans le liquide (presque réduit à sec) en le faisant épaissir en restant onctueux. Assaisonner de piment, et attention au sel, le jus en contient ! Ça s’appelle un beurre blanc ! 
Plonger les huîtres dans une friture à 180° ou cuire au beurre à la poêle, quoiqu’il en soit, il faut colorer rapidement, sans cramer et ne pas surcuire les huîtres qui deviendraient caoutchouteuses.
Dans les coquilles réchauffées au four, disposer un peu de légumes agrémentés de « beurre blanc » au fond de chacune d’elles, surmonté de l’huître panée et régalez vous.

  • n°60
  • n°59
  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 60
AUTOMNE 2018

D

La Boutique