Toutes les Revues N° 8 - AUTOMNE 2005

SOMMAIRE

L’ÉCHO DES CABANES
SOCIETE - Epouse de paloumayre,un sacerdoce
EVOCATION - La Toulouse, la chasse éternelle
DOSSIER - Les munitions du paloumayre
ENQUÊTE - Le paloumayre a 54 ans
PALOMBE ET RUGBY - Denis Avril
PAYS BASQUE - HOLTZARTE la magnifique
REFLEXION - votre future palombière
PREVISIONS DE PASSAGE 2005
GIFS - Sur la voie scientifique.... 
HOMMAGE - Bernard MANCIET n’est plus....
CHIENS - Chenil ou maison ?
DOSSIER - LE PIGEON SUR FIL (suite)
UNE FAMILLE ET SA PALOMBIÈRE
ITALIE - Progetto colombaccio
LES RECETTES DU PALOUMAYRE

 
EDITO

La chasse à la palombe résistera-t-elle aux nouvelles pratiques
plus tout à fait traditionnelles ?

Comme on pouvait le craindre, la généralisation de la chasse avec appelants est en train de modifier les pratiques de chasse plus tout à fait traditionnelle. Si dans la majorité des départements traditionnels les chasseurs se resserrent autour de leurs pratiques ancestrales, réflexe naturel de sauvegarde, il y aurait même un semblant de retour à la tradition, il n’en est pas de même dans les nouveaux départements qui pourraient s’engouffrer tout de suite dans cette brèche législative pour arriver à terme à la généralisation du tir au vol avec appelants.

Cependant les us et coutumes ont la vie dure, et on ne devient pas paloumayre comme ça du jour au lendemain. Et puis monter une palombière traditionnelle n’est pas une mince affaire, cela demande beaucoup de temps et suppose une certaine assiduité pendant tout un mois de migration. Dans le Sud-Ouest cela ne pose pas trop de problèmes aux employeurs qui se sont depuis longtemps adaptés à cette
culture du mois d’octobre, et préfèrent mettre leurs employés en congés que de les voir travailler la tête en l’air. Il n’en sera pas de même dans un département non-traditionnel, ou prendre ses congés pour chasser, même la palombe, ferait passer pour un extra-terrestre.

Aussi les cas de passage à une chasse traditionnelle ailleurs que dans les régions d’origine sont rares, en tout cas beaucoup plus que ce qu’on l’aurait pu craindre. Bien sûr il est encore trop tôt pour mesurer réellement les effets de cette mesure. Ce qui est sûr c’est que l’on pourra faire confiance aux palombes pour s’adapter, comme elles savent si bien le faire, à nous de faire évoluer nos techniques pour toujours garder un temps d’avance sur elles si l’on veut pouvoir encore poser quelques palombes et conserver nos “traditions”.

Philippe Ducos, rédacteur en chef

EXTRAITS D'ARTICLES
  • Technique
  • Italie
  • Technique de chasse
 
LA RECETTE


Carpaccio d’oronges

Le champignon que l’on appelle «oronge» est en fait l’amanite des Césars ; de couleur orangée, l’oronge fait peur car la confusion peut être faite avec l’amanite panthère ou l’amanite tue-mouches ou «fausse oronge». Tout est question de volves ou de colliers. Des livres explicites ont été écrits, alors achetez-les, ça rassurera leurs auteurs qui se sont décarcassé et ça leur rapportera quelques royalties.

Ramassez délicatement des «œufs» sur le point de s’ouvrir et posez-les délicatement sur le tapis de mousse au fond de votre panier.
Disposez sur le fond de l’assiette de chaque convive, un mélange de roquette et de mâche.
Recouvrez entièrement de très fines lamelles d’oronges, salez, ajoutez au pinceau un mélange 1/3 de jus de citron, 2/3 huile de noisette.
Saupoudrez de ciboulette finement hachée et servez sans attendre vos convives méfiants.


Blanquette d’oronges

Après la forme d’œuf, l’oronge s’ouvre et expose fièrement le toit de sa maison pitté tout en haut d’un long pied filandreux. Hachez celui-ci avec une échalote, faites fondre avec une noix de bon beurre puis mouillez d’1/3 de vin blanc sec et 2/3 de bouillon de volaille, laissez réduire à petit feu.
Pendant ce temps, cuisez les chapeaux entiers bien saisis côté orange, ne cuire que ce côté puis coupez en lanières. Plongez-les dans le bouillon réduit, ajoutez un peu de crème fraîche, laissez frémir 2 mn et liez avec un jaune d’œuf. Parsemez de persil haché et servez soit en entrée soit en accompagnement de viande blanche.


Soupe de Papouns

Les papouns sont les cèpes que certains délaissent, ils sont vieux, parfois mous ou même un peu gluants; et pourtant leur arôme ne mérite pas un tel mépris.
Dans un bon bouillon, mettez quelques pommes de terre en dès grossiers à cuire. Pendant ce temps, faites colorer dans une poêle antiadhésive vos papouns agrémentés d’un peu d’ail et d’oignons.
Versez la poêlée dans le bouillon et laissez cuire quelques minutes. Passez au mixeur, versez dans la soupière, mettez quelques copeaux de foie gras, une bonne louchette de crème battue énergiquement et servez avec des croûtons aillés, c’est superbe !


Trompettes des morts ou corne d’abondance

Ce champignon tient son nom de la période habituelle à laquelle il pousse : la Toussaint. Il est tellement abondant qu’on pourrait parfois le «ramasser à la faux».
Champignon fragile, il perd énormément d’eau dès qu’il touche le beurre chaud dans la poêle. Laissez-la s’évaporer, le champignon va fondre, devenant flasque et dégageant une odeur de mousse que vous pourrez compenser par une échalote finement ciselée.
Jetez dessus des œufs battus avec du persil haché, remuez sans arrêter, vous aurez de superbes œufs brouillés.
Vous pouvez faire sécher les trompettes, soit à plat sur une claie ou une grille, soit enfilées sur un fil de laine. Conservez-les au sec et à l’abri de la lumière afin d’agrémenter diverses sauces de lapin ou de poulet, vos civets ou vos salmis! bonne cueillette et bon séjour en cabane!

Alain Darroze

  • n°60
  • n°59
  • n°58
  • n°57
  • n°56
  • n°55
  • n°54
  • n°53
  • n°52
  • n°51
  • n°50
  • n°49
  • n°48
  • n°47
  • n°46
  • n°45
  • n°44
  • n°43
  • n°42
  • n°41
  • n°40
  • n°39
  • n°38
  • n°37
  • n°36
  • n°35
  • n°34
  • n°33
  • n°32
  • n°31
  • n°30
  • n°29
  • n°28
  • n°27
  • n°26
  • n°25
  • n°24
  • n°23
  • n°22
  • n°21
  • n°20
  • n°19
  • n°18
  • n°17
  • n°16
  • n°15
  • n°14
  • n°13
  • n°12
  • n°11
  • n°10
  • n°9
  • n°8
  • n°7
  • n°6
  • n°5
  • n°4
  • n°3
  • n°2
  • n°1
 
 
Abonnement
N° 60
AUTOMNE 2018

D

La Boutique