contact

TEL: 06-72-62-58-17 / contact@palombe-tradition.com
24 rue de la forge 47700 CASTELJALOUX

©2018 par Palombe&Tradition. Proudly created with Wix.com

Palombe&tradition N°41

SOMMAIRE

4    L’ECHO DES ASSO’S…
8    DOSSIER
        8 - Pluie, vent et retard
        14 - Les paloumayres racontent leur migration...
        21 - La migration des autres...
        22 - Le spectacle de la migration transpyrénéenne
28    PALOMBE ET RUGBY - Samuel MARQUES : entre maladie bleue et passion rugby 
30    LE FORUM de Radio Palombe - Encore et toujours débat sur le tir au vol
32    Calendrier 2014
34    HISTOIRE - La double vie en bleu du gendarme Labat
36    INTERVIEW - Les passages grande faune de l’A 65
38    Paloumayres d’ici ou d’ailleurs
40    SECURITE - Pour qu’une chasse d’automne ne devienne pas un... fait divers
44    TRADITION - SARE-ETXALAR : Convention 2013
46    CHIENS - Jusqu’à quel âge pourra-t-il chasser ? 
48    RENCONTRE - Michel Gandon : Aimer l’oiseau bleu, ailleurs et toujours…
51    « HISTOIRES DE PALOMBIERE »
54    ITALIE - Un autre octobre s’en est allé...
56    LES RECETTES DU PALOUMAYRE

Edito

Fausses espérances

"Refaites-nous 2012" avions-nous titré avant le mois d’octobre ! Il faut bien l’admettre : les palombes ne lisent pas notre revue, ou alors, elles ont décidé d’entrer en dissidence, car la migration 2013 est bien loin de confirmer les résultats mirobolants de 2012. Doit-on y voir un sombre présage ? Absolument pas, simplement l’assurance que décidément l’homme, même s’il est le plus averti des paloumayres, reste désarmé devant les mystères de la nature. Il ne se contente pas d’observer les phénomènes, il essaie toujours de trouver des explications rationnelles, pour ne pas dire scientifiques, à des  comportements qui le déroutent. Parmi les explications, il en revient une, toujours la même, de l’Italie au pays Basque en passant par la Corrèze : c’est la faute du vent du sud ! Ici il a modifié les couloirs de migration, là il en a carrément tari le flux, ailleurs il a dissuadé les palombes de se poser... Bref ce maudit vent du Sud est le grand responsable des malheurs des paloumayres !
Au moment de tirer un trait définitif sur la migration 2013, nous parviennent les chiffres du GIFS qui ne confirment pas les craintes émises par les plus pessimistes sans pour autant rassurer pleinement ces derniers. En fait le nombre des oiseaux ayant franchi les Pyrénées se situe dans la moyenne : 1 451 630. C’est évidemment moins que les 2 200 000 de 2012 mais nettement plus que les 950 000 de 2010. Les amateurs de statistiques vont pouvoir s’en donner à cœur joie, les chasseurs dormir tranquille et d’ores et déjà se préparer pour 2014.
L’espèce ne paraît donc pas en danger et ON nous promet un hivernage aussi conséquent que celui de 2012. Tout s’annonce donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et nous espérons que les paloumayres auront la sagesse de profiter de cette abondance hivernale sans pour autant « s’éclater » avec des tableaux de chasse déraisonnables.

René Laffore, Rédacteur en chef

Pluie, vent et retard

Cette saison a été perturbée par la météo. La pluie et l’incessant vent dominant de sud, sud-est, ont  rendu la migration chaotique et ont bloqué le passage pyrénéen. Mais un coup de vent du nord a balayé quelques doutes.

L'automne avait commencé dans la douceur et la pluie, en faisant pousser quelques cèpes dans les sous-bois où les paloumayres achevaient fébrilement leurs derniers travaux d’avant-saison. La Saint Michel était passée quasiment inaperçue et seules quelques « éclaireuses » issues de la reproduction locale avaient fait le bonheur des premiers installés aux guignettes. Rien de bien exceptionnel à signaler, si ce n’est la soudaine diminution des populations d’oiseaux nés au pays et pas seulement en raison des prélèvements réalisés à l’ouverture. Nous sommes très nombreux à l’avoir constaté, les bandes importantes de palombes que l’on apercevait par exemple sur les champs de tournesol au début du mois de septembre se sont soudain réduites considérablement. Jusqu’où seront-elles allées en jouant les ouvreuses de la migration ? On attend impatiemment les résultats des nombreux baguages réalisés sur les nids l’été dernier. 
Mais c’était de la vraie migration dont tous les paloumayres rêvaient en s’installant dans leurs cabanes. Celle venue du centre et de l’ouest de l’Europe. Les plus anciens avaient coché une première date sur leur cahier. Celle du 5 octobre, jour de la nouvelle lune, qui traditionnellement fait bouger les oiseaux migrateurs.[...]

Le spectacle de la migration transpyrénéenne

Les palombes voyagent en bandes et arrivent souvent par milliers au moment de franchir les cols. Depuis 1999, le Groupe d’investigations sur la faune sauvage met en place des comptages. Cette année, près de 1,5 million d’oiseaux sont passés.

C’est ici que l’expression vague bleue prend tout son sens. Dans les cols du Pays Basque où les compteurs s’installent chaque automne venu, du 1er octobre au 11 novembre. A Urrugne, Sare, Banca et Arnéguy où déboulent par milliers les palombes parties du nord de l’Europe pour rejoindre la péninsule ibérique et des températures plus clémentes. 
Le Groupe d’investigations sur la faune sauvage (GIFS), présidé par Jean-Roland Barrère, par ailleurs président de la fédération des chasseurs des Landes et vice-président de la fédération nationale (FNC), est à l’origine de ces opérations associant l’ensemble des techniciens des 13 fédérations de chasseurs d’Aquitaine et Midi-Pyrénées [...]

 

Italie - Un autre octobre s'en est allé...

Avant de commencer à écrire, je me rends compte que la page blanche en face de moi, sur mon ordinateur, me laisse perplexe ; peut-être suis-je, volontairement, « détaché » de ce qui est advenu au cours des journées que j’ai vécues à la chasse depuis fin septembre jusqu’à aujourd’hui.

Par quel sujet commencer ? Parler de la météo ? Du passage ? De la chasse et de ses résultats ? Je ne sais.
Eh bien, je crois que pour saisir l’écheveau par le bon bout, je finirai par parler de toutes ces choses rassemblées : de cette envahissante passion, qui en dépit de tout, nous fait justement bénir ou maudire cet état d’âme, qui, à chaque saison, nous possède et nous contraint de vivre comme si nous étions des chats en amour, miaulant vers le ciel, souffrant cruellement pour notre aimée.
À la fin septembre, après avoir travaillé, travaillé et encore travaillé, voici qu’arrivent les signes prémonitoires du passage, les sensations, les couleurs, les odeurs qui nous font comprendre [...]

 
0
  • Blanc Icône Instagram
  • White Facebook Icon