contact

TEL: 06-72-62-58-17 / contact@palombe-tradition.com
24 rue de la forge 47700 CASTELJALOUX

©2018 par Palombe&Tradition. Proudly created with Wix.com

Palombe&tradition N°52

SOMMAIRE

    4    L’écho des Cabanes…
    10    DOSSIER migration : 
        - 10 Des interrogations et des rêves
        - 14 Près de 5 millions de palombes au tableau national annuel
    16    Palombes et rugby - Eric Duhourquet et sa famille en Or
    18    Courrier du lecteur
    20    Landes - Des palombières peu ordinaires
    22    Art - En Bigorre : Bagnères la cité palombière
    26    Société - Center Parcs s’invite chez les paloumayres
    31    Les prévisions de passage du Paloumayre
    36    Histoire - Oraison et cantique Païens Basques
    38    Technique - Utilisation du point rouge en palombière
    42    Autour d’elles... - Marchand de rêve
    44    Anecdote
    46    Chiens - Un chien oui, mais mâle ou femelle ?
    48    « La Tête dans le ciel... »
    52    Italie - Principales techniques italiennes de chasse
    55    Dessin humoristique de Serge FAVAL
    56    LES RECETTES DU PALOUMAYRE

Edito

Que les témoignages viennent des Îles Britanniques où les propriétaires terriens, lassés d’empoisonner ce maudit « pigeon », engagent des tireurs expérimentés pour exterminer ce « nuisible », de la Haute Lande ou tout simplement du chasseur du dimanche qui, bien camouflé derrière son jouquet de fortune, fait le bonheur de quelques convives, le constat officiel est rassurant : l’espèce palombe n’est pas en danger !
Non seulement elle ne serait pas en danger mais en la voyant évoluer dans nos campagnes on peut estimer qu’elle prolifère de plus en plus dans des contrées qu’elle découvre et notamment les centres villes, où chacun peut entendre ses fameuses roucoulades. Est-ce une raison pour se laisser aller à des pratiques qui s’apparentent davantage à l’abattage qu’à la chasse telle que nous l’aimons ?
Certes le pigeon ramier n’appartient pas aux seuls chasseurs traditionalistes que nous sommes et tout détenteur d’un permis a le droit et peut avoir l’envie légitime de mettre quelques oiseaux à son tableau. D’autant que le petit gibier de plaine se fait rare.
Au point que notre palombe occupe désormais la première place des gibiers prélevés en France si l’on en croit la dernière enquête de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Autrefois, c’était le lapin que l’on trouvait largement en tête de ce classement mais on sait quels ont été les ravages occasionnés par les maladies dans les rangs de cette espèce qui garnissait les carniers de la majorité des chasseurs du pays. 
Aujourd’hui, c’est le pigeon ramier que l’on tire de l’ouverture à la fermeture dans la plupart des départements du territoire grâce à différentes méthodes de chasse. Aussi même si l’espèce est semble-t-il encore en bon état au niveau européen, on est malgré tout en droit de se poser quelques questions sur son avenir et celui de notre chasse préférée.
Alors, comme disent les anciens, il faut savoir raison garder et il serait trop dommage de casser le beau jouet qui nous fait toujours rêver.

René Laffore, Rédacteur en chef

Dossier Migration

Des interrogations et des rêves

La migration 2016 sera-t-elle conforme au calendrier à l'ancienne comme celle de 2015 et les glands remplaceront-ils encore le maïs pour nourrir les hivernantes?

De la migration 2015, il reste le souvenir de plusieurs thèmes forts, résumant  une saison très traditionnelle. Un démarrage beaucoup plus précoce que les années  précédentes avec un beau déballage dès le 9 octobre sur l’axe Massif Central, Corrèze, Dordogne, ouest Lot-et-Garonne, sud-est Gironde qui se poursuivit jusqu’aux Pyrénées comme à la belle époque. Puis une très belle Saint-Luc dans un froid polaire rappelant aux anciens qu’autrefois, on allumait le poêle à la palombière tous les matins d’octobre au lieu d’y déambuler en short et en tee-shirt comme les saisons précédentes. Suivit un passage bien rythmé en fonction des fenêtres météo qui dura dans la douceur revenue jusqu’à la mi-novembre pour les veinards du couloir atlantique. Sur les Pyrénées aussi  la migration fut très correcte avec 1 634 412 palombes passées et restées en Espagne selon les comptages du GIFS. Un chiffre supérieur de 300 000 oiseaux par rapport aux années 2013 et 2014. Sur le sud est comme sur la Corse, le passage fut tardif et irrégulier mais convenable  Enfin, comme la saison précédente, les oiseaux voulant hiverner dans le sud ouest bénéficièrent d’une glandée encore exceptionnelle [...]

Technique - Utilisation du point rouge en palombière

Les moyens modernes au secours des chasseurs vieillissants

Les statistiques sont formelles, hélas, l’âge moyen du chasseur augmente en général et même un peu plus pour le paloumayre. La boutade qui dit que l’on n’est pas comme le bon vin et qu’en vieillissant on ne s’arrange pas est, hélas, elle aussi bien vérifiée. Et même si l’on reste jeune dans notre tête, toujours prêt à faire des cabanes comme dans notre enfance, le physique supporte plus ou moins bien le poids des années, même si l’on a du mal à se l’avouer. Combien d’entre nous, qui ont été d’excellents tireurs se sont mis à manquer de plus en plus souvent. Bien sûr, c’est la faute des cartouches, du fusil ou de l’oiseau qui était mal placé. Songent-ils un seul instant que leur vue peut être la cause de ce changement ? Certains n’y pensent même pas, les choses s’étant mises en place inexorablement au cours des années. Les yeux comme tous les autres organes vieillissent et remplissent de moins en moins bien leur rôle, et même si l’on y voit bien en général, avec ou sans lunettes, il est possible que l’on y voie mal lorsqu’il s’agit [...]

 

Enquête prélèvements

Près de 5 millions de palombes au tableau national annuel.

Si l’on en croit les chiffres de l’enquête nationale sur les tableaux de chasse à tir réalisée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage sur l’exercice 2013-2014, ce sont très précisément 4 926 324 pigeons ramiers qui avaient été prélevés sur le territoire français au cours de cette saison. Ces résultats qui viennent d’être publiés par l’ONCFS confirment si besoin était que le pigeon ramier est devenu le gibier le plus prélevé dans notre pays.
Il arrive très largement en tête devant le faisan (3 064 319 oiseaux), ne parlons pas de la perdrix rouge, (1 273 659) et encore moins de la grise (966 737). Au rayon des oiseaux migrateurs, l’ensemble des turdidés représente environ 2,5 millions d’oiseaux prélevés, avec 1,4 million de grives musiciennes, 500 000 mauvis, 245 000 draines et 220 000 merles noirs. Le tableau bécasse s’élève lui à 736 129 oiseaux. Enfin côté gibier d’eau, le canard colvert arrive évidemment en numéro un avec 1 195 853 pièces, loin devant les sarcelles d’hiver et d’été regroupées  (407 103).
Notre chère palombe occupe donc la première place de ce « hit parade du  meilleur carnier national » qui autrefois était détenue par le lapin, gibier de base de la chasse populaire française. Aujourd’hui, Jeannot ne représente plus que 1 465 988 pièces au tableau et a quasiment disparu de nombreuses régions. Une raison supplémentaire pour que dès l’ouverture, vu la raréfaction du petit gibier de plaine, les tireurs impatients de faire parler la poudre ouvrent le feu sur les bandes de pigeons ramiers qui [...]

 
0
  • Blanc Icône Instagram
  • White Facebook Icon